vendredi 21 mai 2010

Autisme : la polémique du packing (article écrit pour le site Internet de la revue "Sciences Humaines")


Le Haut Conseil de la Santé Publique a autorisé la poursuite du recours au packing, une technique consistant à envelopper des patients autistes dans des linges froids et humides pour calmer certains symptômes tels que l'agressivité et l'automutilation. Or, des associations de parents assimilent cette technique à une dangereuse torture, sans aucune validité scientifique. Le point sur la controverse.



M'Hammed Sajidi, le président du mouvement « Vaincre l'autisme-Léa pour Samy », ne décolère pas. Un an après la demande de moratoire contre le packing de son association de parents, le Haut Conseil de la Santé Publique (HCSP) a rendu son avis : cette technique de traitement de l'autisme pourra continuer d'être utilisée, pourvu qu'elle soit réalisée dans des conditions de sécurité satisfaisantes, par une équipe de professionnels dédiée, ayant reçu une formation spécifique.
Inspiré d'anciennes techniques d'hydrothérapie du XIXe siècle, le packing a été importé des Etats-Unis – où il n'a désormais pratiquement plus cours – par le psychiatre américain M.A.Woodbury dans les années 1960-1970. Son principe ? Un enveloppement du corps qui permettrait de calmer les angoisses d'anéantissement, fréquentes chez les autistes. Le patient est enveloppé jusqu'au cou dans des serviettes trempées dans l'eau froide (autour de 10 degrés), puis recouvert d'un drap sec, d'un tissu imperméable permettant un réchauffement rapide et de deux couvertures chaudes. Chaque séance dure entre quarante-cinq et soixante minutes, en présence des soignants. Le saisissement produit par le contact avec les linges froids, puis l'apaisement suite au réchauffement progressif du corps, procureraient un apaisement immédiat. La technique a été rapprochée du « holding » selon Winnicott. Ou bien, il s'agirait en enveloppant et contenant le patient, de suppléer dans le réel à ce qui a fait défaut sur le plan symbolique et imaginaire : le regard de l'autre comme vecteur de l'unité de l'image du corps. Au... (l'article n'est pas en accès libre. Pour lire la suite il faut se connecter ici).

4 commentaires:

  1. La barbarie sera toujours en pratique au service de la bonne conscience des intellectuels soi disants civilisés...

    Dommage que l'article soit aussi cher qu'un magazine complet ! ^^

    RépondreSupprimer
  2. ^@ Rackam Le Rouge : oui, j'en suis désolée. Je cherche une solution pour mettre cet article en libre accès. Mais je l'ai écrit pour "Sciences Humaines" et leur site est payant. Pour le moment, on peut toutefois le consulter gratuitement en choisissant l'option "s'inscrire gratuitement pour un mois".

    RépondreSupprimer
  3. "Ce qui a fait défaut sur le plan symbolique et imaginaire" : ce qui fait défaut au patient autiste, cela semble hélas et bien souvent des connexions sur le plan neural au cours du développement. Je doute un peu qu'un linge froid les restaure. En soi, l'idée de pallier la "désocialisation cognitive" par des stimuli environnementaux n'est pas absurde, encore faut-il évaluer leur efficacité...

    RépondreSupprimer
  4. Cher iPh, cela me fait bien plaisir de vous voir trainer sur ce blog. Effectivement, un programme de recherche clinique hospitalier a été lancé par l'équipe du Professeur Delion pour évaluer l'efficacité du packing sur des bases scientifiques.
    L'étiologie de l'autisme est complexe et multifactorielle. A ce jour, si j'en juge par ce que j'ai lu sur le sujet, il est encore impossible de déterminer la part exacte du génétique et des facteurs environnementaux.
    Un lien qui pourra peut-être vous intéresser, sur la machine à serrer du Dr Temple Grandin, une autiste de haut niveau, qui a fabriqué une machine dans laquelle elle se glisse pour endiguer ou, tout du moins, diminuer l'intensité de ses angoisses de morcellement : http://www.grandin.com/inc/intro-squeeze.html

    RépondreSupprimer